Pages

4 juin 2016

Lieu dit "LA COUTURE"

Pourquoi un hameau "La couture" sur la commune de CHAILLY EN BRIE (77), au milieu des champs briards (blé, maïs, lin, tournesol, betteraves), dans une région qui ne semble pas avoir un passé particulier dans la fabrication  textile?

L'explication m'en a été donnée dans une revue découverte il y a quelques années :

Cette revue, qui paraît  tous les deux mois, présente les métiers exercés autrefois et les modes de vie. "Véritable encyclopédie de référence, chaque numéro thématique offre une documentation de premier ordre sur les activités de nos aïeux". Les dossiers, illustrés par des reproductions de gravures et peintures d'époque, sont très documentés (60 pages). Des historiens, généalogistes, érudits, chercheurs, conservateurs de musées, artisans et spécialistes des métiers, écrivains et journalistes professionnels prennent part à la rédaction. Une large bibliographie est proposée (livres - revues - sites Internet), ainsi que la liste des musées (petits et grands) en rapport avec le sujet.

Pour l'instant, j'en possède 5 numéros : 
N° 4 - nov/déc 2003 : MÉTIERS DU TISSAGE
N° 14 - juillet/août 2005 : MÉTIERS DU CUIR
N° 20 - juillet/août 2006 : LA MODE DE NOS ANCÊTRES
 N° 4 - nov/déc 2007 : MÉTIERS DE LA SOIE
N° 54 - mars/avril 2012 : DENTELLES ET BRODERIES
 (Mais un petit furetage sur le site de l'éditeur pour écrire ce message m'invite fortement à m'y abonner)

Chaque dossier est précédé du billet de Jean-Louis Beaucarnot (généalogiste, journaliste et écrivain, il a largement contribué à la démocratisation de la généalogie par ses émissions à la radio et à la télévision ainsi que ses nombreux livres) sur le statut social et les patronymes en rapport avec les métiers décrits.
C'est dans celui du numéro
que j'ai trouvé la réponse à ma question (page 22).

"Quand les cultivateurs étaient dans la couture.
Le nom de la rue des Coutures-Saint-Gervais étonne toujours le provincial ou l'étranger visitant Paris. Quelle peut-être, en effet, cette histoire de couture ? La réponse est toute simple : cette rue conserve le souvenir du temps où le quartier était encore à demi-rural avec, autour ed l'hôpital Saint-Gervais, des prés et des "coutures", autrement dit des prairies et ... des "cultures" !
Le mot "couturier", au Moyen-Age, était en effet victime d'erreur d'homonymie. On l'associait d'un côté à un premier mot, le "costurier", et qui désignait celui qui cousait et qui se verra nommé "tailleur". D'un autre côté, on trouvait un second mot, issu quant à lui de "colturer" et qui sera l'ancêtre de notre "cultivateur"..."

Il ne me reste plus qu'à glaner les panneaux "LA COUTURE" au cours de mes randonnées cyclistes ...