Pages

13 juin 2016

Knit art à Aubigny sur Nère


Mais que peut bien être le knit art ou graffiti knitting ou yarnbombing ?
C’est tout simplement le fait de recouvrir des objets de la rue (lampadaires, arbres, statues,…) avec un tricot. Si les graffeurs « conventionnels » utilisent de la peinture, les knitteurs graffent avec de la laine.
L’avantage de ce type de street-art est qu’il peut facilement être enlevé, l’inconvénient c’est qu’il est long à créer.
Rendu populaire par le collectif « Knitta Please » à Houston en 2005, ce mouvement s’est étendu un peu partout sur la planète. L’instigatrice de ce street-art est Magda Sayeg (Houston) qui avait eu l’idée de recouvrir la poignée de porte de son magasin.
Si le but du graffiti peut être la revendication, la décoration ou même parfois le simple vandalisme, le knitting veut réchauffer l’, souvent triste, froid et sans couleur.
Le knit art se pratique également à plusieurs, chacun est en charge d’une partie du tricot dans le but de recouvrir de grands objets.
Lu dans https://www.urbanews.fr/

C'est Christiane qui m'avait fait connaître cet art quand elle avait photographié à mon intention 
ce vélo en Allemagne en 2013

J'en ai eu aussi une représentation quand j'ai visité en août 2014 
la manufacture BOHIN (à Saint-Sulpice-sur-Risle dans l'Orne)
 dernière entreprise de fabrication d'aiguilles (et épingles) en France,
 qui fonctionne toujours avec des machines-outils utilisées au XIXème siècle !
Comme dans tous les musées textiles du XXIème siècle, une place est faite à l'art. Un espace présente toutes les utilisations artistiques de l'aiguille et du fil. Le knit art était présenté seulement sous forme d'un panneau photographique.

J'en ai eu une représentation réelle dimanche lors d'une pause déjeuner à Aubigny sur Nère. Le restaurant que je fréquente habituellement étant complet, je me suis rabattue sur une pizzéria au centre du bourg. J'ai ainsi découvert des habillages d'arbre très colorés. Malheureusement, je n'avais pas d'appareil photo !
Je sais ce qu'il me reste à faire la prochaine fois que j'y passerai !

J'ai trouvé des photos sur le site du quotidien local
 

 Je vous invite aussi à aller faire un tour sur le blog Nibelle et Baudouin .
Vu dans http://nibelle.blogspot.fr
 Aubigny sur Nère est le lieu de mémoire de L’AULD ALLIANCE, terme par lequel on désigne le rapport étroit et singulier qui s’instaura de façon continue entre les royaumes de France et d’Écosse pendant cinq siècles. Au cours de la guerre de Cent Ans qui opposa les royaumes de France et d’Angleterre, la ville fut donnée par le Roi Charles VII à Jean Stuart de Darnley, cousin du roi d’Ecosse.Les descendants de Jean Stuart de Darnley et d’Aubigny conservèrent leur fief d’Aubigny jusqu’en 1672, année où leur lignée s’éteignit. Voilà pourquoi un Écossais nous accueille à l'entré de la ville. 
Ce qui explique aussi les fêtes franco-écossaises du mois de juillet
Google + Galerie François 1er Aubigny sur Nère