Pages

23 avril 2017

Donzy

Alors qu'en ce jour de premier tour des présidentielles, les Donziais voient leur joli petit village bourguignon envahi par une horde de journalistes venus du monde entier (cette commune de 1700 habitants a pris l'habitude depuis 1981 de voter de manière identique aux résultats nationaux des élections présidentielles), je me souviens ......

J'ai traversé ce village lors du voyage annuel vélocipédique qui m'a conduit de la Seine et Marne jusqu'aux cols du Tourmalet et de l'Aubisque dans les Pyrénées, et retour au bercail. Notre œil avait été attiré par une inscription inhabituelle sur une église.

Celle-ci " illustre un conflit qui opposa le curé Bailly et le maire de l'époque, Hubert Front. En 1881, date du conflit politico-religieux ; le maire veut faire peindre la girouette aux couleurs républicaines. Il veut aussi interdire la sonnerie des cloches au 14 juillet. Le curé se révolte mais le maire obtient ce qu'il désire et fait peindre la devise. L'affaire prit une dimension nationale. Elle prit fin en 1897 par la condamnation du curé à deux jours de prison."
La girouette est toujours aussi colorée
Le Nohain, cours d'eau qui traverse ce village, inspirera le père de Jean Nohain lorsqu'il prit un pseudonyme.

De ce village rural, loin des grandes villes, dont les habitants se sentent peut-être, à l'image de bien des territoires français, les oubliés de la République Française, je retiens cette vue
Paysage bucolique, qui m'a donné en août 2016 un sentiment de sérénité et d'apaisement.

8 avril 2017

Travailleuse

"Petit meuble à compartiments pour accessoires de couture" (Grand Larousse en 5 volumes)

Rappelez-vous : j'en ai croisé quelques unes à Cornimont en mai 2016.
Elles étaient garnies d'accessoires et de travaux d'aiguilles qui racontaient une histoire.


Elles m'ont donné l'envie de suivre de près le projet "L'incroyable conjugaison du verbe coudre" 
mené à l'initiative du conseil Départemental des Vosges.
J'ai suivi le troupeau de travailleuses tout au long du mois de juin 2016 : 
elles ont trainé leurs pieds dans 22 villes et villages vosgiens.
J'en ai retrouvé quelques unes lors de ma visite à l'exposition finale aux Archives Départementales 
à Epinal le 28 novembre 2016. Le troupeau était trop gros (plus de 40 bêtes), elles n'ont pas pu toutes prendre place dans la salle réservée à l'exposition. Si vous voulez faire leur connaissance, cliquez ici

Le 28 novembre 2016, j'ai pu admirer celles-ci : 

Je me suis attardée auprès de celle de Marguerite






J'avais pensé faire un saut (d'une quarantaine de kilomètres) chez Emmaüs
pour dénicher à mon tour une TRAVAILLEUSE. 
Un saut plus petit de 9 kms m'a permis d'en trouver une dans une brocante des couturières.
Courte sur pattes, elle est idéale pour moi car je n'ai plus guère de place dans mon coin couture.
 Je l'ai posée sur mon meuble de machine à coudre.
Peu encombrante, je la pose par terre lorsque j'ouvre mon meuble.
Il ne me reste plus qu'à la remplir, ce qui ne devrait pas poser de problème !