Pages

2 mai 2017

Thermo-collant double face

Jusqu'à présent, j'utilisais de la toile thermocollée sur une seule face (voir son utilisation ici
Cette méthode nécessite de coudre le motif sur le tissu de fond.
Ce qui devient superflu avec le thermocollant double-face.
(Sauf si vous devez laver souvent l'ouvrage)

J'ai utilisé un produit en pochette qui trainait depuis quelques années dans mes stocks.
Vous pouvez vous le procurer aujourd'hui à la coupe au mètre. 
Il s'agit d'un voile protégé par un papier sulfurisé.
Une fois le motif choisi
appliquer la face encollée du thermocollant sur l'envers du tissu à l'aide du fer à repasser 
(réglage coton - pas de vapeur - maintenir le fer environ 8 secondes)
Laisser refroidir, puis découper le motif. 
Ôter le papier 
Il ne reste plus qu'à l'appliquer de la même manière sur le tissu de fond.
J'ai utilisé une chute de tissu tahitien (celui du canapé) pour colorer un sac à pain
Les formes triangulaires sont les chutes après découpage de la forme !

La technologie du XXIème siècle nous propose de nombreux produits qui facilitent les travaux de couture. 
Mais comment faisait-on avant ? Pour y répondre, j'ai fureté dans mes "vieilleries".

La première date de 1928 :
 Ce livre a souvent dû être ouvert : les pages se détachent
Il compte trois parties : la broderie, la tapisserie, la dentelle qui présentent l'historique de ces trois arts de l'aiguille, en sus des indications pratiques d'exécution et des différents genres dans chaque famille, .

J'ai trouvé ce qui m'intéresse pour aujourd'hui à la page 47 
(Première partie : la broderie - Différents genres de couleur)
"Les applications en couleurs - La broderie de couleurs dite "application" consiste en motifs de soie, de velours, de drap, et même  parfois d'indienne, découpés, puis appliqués sur un tissu quelconque,qui doit servir de fond.
Elle se fait pour pour robes et manteaux de dames; mais surtout dans l'ameublement pour coussins, tapis, meubles, rideaux.
L'application était déjà connue au Moyen-Age. avant la broderie au passé, c'était peut-être la manière la plus répandue pour produire des ouvrages polychromes. On peut donc faire en application des décors de tout style, en harmonie avec le mobilier qu'elle doit accompagner.
Le dessin des broderies d'application doit être tracé sur le tissu destiné aux décors et sur le tissu de fond.
Les motifs découpés sont tantôt attachés à ce dernier par un simple faufil soigneusement fait, et  tantôt collés.
Dans ce cas, avant de découper les dessins, on devra les doubler d'un papier de soie très fin, adhérant à l'étoffe par une colle légère faite avec de l'amidon de froment, qui a la spécialité de sécher vite. Encore faut-il que cette colle ne contienne pas trop d'eau et qu'elle soit étendue avec soin sans petits grumeaux ni bulles d'air.
Pour chasser celle-ci, lorsque la colle a été régulièrement étendue sur le papier au moyen d'un pinceau, et qu'on y pose l'étoffe, il faut, avec un linge propre, frotter ce tissu dans le sens de la trame avant de mettre le tout sous presse. Sans cette précaution, il pourrait se produire des gondolages défectueux.
Quand tout est sec et découpé très nettement, sans bavures ni effilochures, il faut mettre à nouveau de la colle sous chaque motif et l'appliquer sur les lignes correspondantes du fond. De nouveau, on presse sous une planche lourde ou alourdie par des poids, et il n'y a plus alors qu'à sertir ces ornements.
On le fait de diverses manières, tantôt par un feston, par un surjet ou cordonnet, par une piqûre, tantôt par une soutache ou une ganse, qui se coud parfois avec des points invisibles et parfois avec des points surjetés, d'une couleur vive et très apparente."

Ma seconde source n'est pas datée. Du moins l'exemplaire que j'ai en ma possession.
La première édition de cette encyclopédie est parue en 1886. 
Différents indices me laissent penser que la mienne (dénichée sur une brocante par Arnoldo) remonte au début du XXème siècle (mais après 1906).

Les explications pour encoller les tissus diffèrent peu de celles inscrites dans le précédent livre. 
Il y a seulement plus de précisions quant au mode pressage (page 207) :
"[  ] On pose sur une planche de bois droite et lisse plusieurs feuilles de papier qui ne devront avoir aucun pli, on y pose l'étoffe doublée de papier, on la recouvre de plusieurs autres feuilles de papier, que l'on presse finalement avec une seconde planche, sur laquelle on mettra encore des pierres ou des pièces de fer très pesantes. On laisse l'étoffe sous presse jusqu'à ce qu'elle soit complètement sèche."

Par contre, nous pouvons y lire page 822 la recette de la colle  :
 "Manière de préparer la colle pour fixer les broderies et les applications - Il paraîtra peut-être étrange de nous voir vouer un article spécial à une chose aussi simple en apparence. Elle ne l'est cependant nullement, car une colle mal préparée peut détériorer complètement un ouvrage commencé dans les meilleures conditions, ainsi que beaucoup de fournitures précieuses.
Pour préparer la colle, prenez de l'amidon de froment, non de riz, mettez-en dans un pot à fond concave la quantité que vous présumerez vous falloir pour l'ouvrage à confectionner; n'ajoutez à l'amidon que la quantité nécessaire d'eau pour arriver à le dissoudre et remuez avec une cuiller de bois jusqu'à ce que tous les petits grains aient disparu.
Faites bouillir pendant ce temps de l'eau pure, jetez-y de la résine pulvérisée (sur 1/8 de litre d'eau à peu près l'équivalent d'un pois sec); puis faites-y couler peu à peu, et en tournant toujours, l'amidon délayé. Laissez encore bouillir quelques secondes, retirez le pot du feu et continuez à remuer jusqu'à ce que la colle soit tiède. Il est indispensable de remuer pour empêcher la formation de grumeaux.
Ce genre de colle ne tache pas et ne ternit aucune couleur, fût-elle la plus délicate, à cause de l'absence complète de toute acidité. En hiver, elle peut servir pendant plusieurs jours de suite, et elle se conservera plus longtemps qu'en été, pendant les chaleurs. Sitôt que l'on observera la moindre altération, on ne s'en servira plus. N'employez jamais de gomme arabique pour faire le collage des broderies ou pour fixer les applications; les substances salines que contient la gomme tachent presque toujours les étoffes."

Alors, prêt pour la décroissance ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire