Pages

31 décembre 2016

The collection

Si vous aimez les belles robes, le style new look,  je vous conseille de suivre la série "The collection". 
 Afficher l'image d'origine
Pour tout savoir, rendez-vous sur le site de FR3 qui programme cette série, où vous trouverez les 3 premiers épisodes en replay.

Derniers ouvrages de l'année

- Quatre sapins 
réalisés avec Annie, Christine, Eliane, Isabelle, Rute, Marie-Ange, Sylvie, Virginie

- un tapis des mille et une nuits pour Noëllie

- un tapis de bain vitaminé pour Elise

- un étui à téléphone portable pour Gilles

17 décembre 2016

COULEURS, OU ETES-VOUS ?

Mes activités professionnelles m'ont conduites plusieurs fois à Paris ces derniers temps. Et comme chaque fois à cette période de l'année, je suis désespérée : la cohorte qui m'absorbe dans les couloirs de métro a revêtu son uniforme terne des mauvais jours. Il y a bien quelques tâches colorées, mais elles ne sont pas nombreuses. Pour prendre le contre-pied de cette tendance, j'ai craqué pour deux chemisiers fleuris :
 
Quand les individus arriveront-ils à comprendre que s'habiller, s'entourer de couleur,  permet de voir la vie sous un autre angle ?

C'est un sujet qui me chagrine régulièrement, et dont j'ai déjà fait écho sur l'internet en février 2012 (cliquer ici).

Aussi quelle fut ma joie lors de mon passage à Epinal les 27 et 28 novembre de découvrir au centre ville des maisons aux façades colorées :


 Cette habitude n'est pas encore très présente en France. Alors que les couleurs chatoyante sont légions dans certains pays. (Cliquer ici)

Et c'est tout naturellement qu'à la boutique de l'IMAGERIE D'EPINAL, j'ais fait emplette de cette reproduction :

24 septembre 2016

Un petit air de Tahiti

On peut revenir de Polynésie française avec des perles.

Moi j'ai rapporté des boutons en nacre ...
et des tissus.



Si certains n'ont pas trouvé encore d'usage, 
deux m'ont servi pour réaliser :
des rideaux en remplacement de portes coulissantes défectueuses
et l'habillage de l'assise du canapé

17 août 2016

Barbie pur produit de la société de consommation

La première Barbie est vendue sur le marché américain à partir de 1959. Elle est seulement vêtue "d'un maillot de bain aux rayures noires et blanches particulièrement télégénique, qui la met en valeur dans les premières publicités télévisées." (p.57)
Mais c'est surtout parce qu'elle est conçue comme support pour l'achat ultérieur de vêtements et d'accessoires. Car cette poupée est destinée avant tout à être habillée et déshabillée. Une publicité parue en avril 1964 dans "Le monde de Tintin" dit "Quel plaisir de m'habiller de mille et une toilettes [  ]. Tout en développant ton imagination et tes goûts, ton amusement se renouvellera au fur et à mesure que se complètera ma garde-robe."(p.51)

Lorsque dans les années 1990 s'amorce une baisse de la popularité de Barbie, Mattel effectue diverses modifications afin de capter un nouveau public, les petites filles en l’occurrence. Barbie devient princesse, fée. La couleur rose se fait de plus en plus présente et agressive, que ce soit sur les vêtements ou accessoires.


 Michel Pastoureau (historien spécialiste de la symbolique des couleurs) émet l'hypothèse (p.97) "qu'il s'agit d'une stratégie de marketing destinée à conquérir, non pas tant l'Europe que des pays émergents, et surtout un continent où le rose est admiré et porte bonheur : l'Asie."

J'ai fait une petite recherche dans la rayon jouet d'une grande enseigne d'hypermarché. Sur 24 poupées, la couleur rose apparaissait sur 20 d'entre elles (vêtement complet ou petite touche).

Lorsque Mattel "prend conscience de l'importance du marché constitué par la communauté des collectionneurs, l'entreprise se met à produire des séries limitées qui leur sont destinées." (p.109)






Et lorsque les ventes continuent de chuter (moins 21% en 2014), une nouvelle stratégie s'impose. L'exposition au musée des Arts décoratifs ne serait-elle pas alors un faire-valoir? C'est le constat que semble faire Emmanuelle Escoffié dans Progrès social du 21 mai 2016, où elle regrette que ce musée culturel participe à pousser à la consommation d'un produit fabriqué en Chine dans des conditions de travail qui font l'objet de nombreuses enquêtes. 

Pour ma part, j'estime qu'une telle exposition dans ce lieu n'est pas déplacée car il comporte une section "jouet". Mais il est vrai que cette exposition aurait été moins sujette à critique si elle avait correspondu avec  une date anniversaire. Par exemple 50 ans. 
Ce qu'a admirablement fait le musée en herbe en en 2014 pour fêter les 60 ans de Martine.

10 août 2016

La morphologie de Barbie

Deux lectures, deux visions différentes.

- Clarence Edgar-Rosa écrit dans la revue Causette (p.58) que "si [  ] Barbie était une personne vivante, elle ne pourrait pas marcher. D'ailleurs, son petit corps n'aurait même pas la place de renfermer les organes vitaux". Comme elle, on peut qualifier cette poupée de caricature PVC d'un idéal de corps féminin.

- Anne Monier, conservatrice du département des jouets au musée des Arts Décoratifs, nous indique qu"avec sa taille marquée et ses seins proéminents, Barbie (née en 1959) incarne [  ] la silhouette idéale des années 1950, celle qui met en valeur la mode de cette époque." (p.57 dans l'ouvrage "Barbie").

Donc je suis allée faire un petit tour du côté de la mode des années 50.
n°50 du 26 septembre 1947

illustration de René Gruau parue dans "Elle, n°195 du 22 août 1949, p. 12"
 vu dans "Les années 50" p..41
Tailleur Elsa Schiaparelli 1951 vu dans "Dé-boutonner la mode" éd. les Arts Décoratifs 2015 - p.72
Ensemble Belotte de Dior, collection automne-hiver 1953, vu dans Dior glamour p.80
MAIS COMMENT FONT-ELLES POUR AVOIR UNE TAILLE AUSSI FINE ?
Croquis de guêpières des maisons Cadolle et Détolle par R. Rouffiange 1948 paru dans "Les années 50 p. 21
Publicité parue dans Elle n°420 du 28 décembre 1953 p. 11
Mais est-ce que la taille de Madame Tout le Monde était aussi fine 
que celle de la silhouette mise en valeur sur papier ?
L'écho de la mode n°31 du 2 août 1959 p.11
PEUT-ETRE PAS !
Le petit écho de la mode n°20 du 15 mai 1955 p.5

3 août 2016

Barbie se met en scène

Toute l'exposition est mise en scène. Voici une belle lapalissade : les expositions regorgent d'inventivité et utilisent tous les supports du XXI ème siècle à leur disposition pour mettre en valeur leur sujet. 

Ici les modèles présentés font écho aux films promotionnels
Là un mur entier permet de montrer l'extravagance en nombre et en couleur de la garde-robe.
Bizarrement, mon œil s'est focalisé sur la couleur rose. Alors qu'il y a aussi du bleu et du jaune. 

Quelle signification donner à cette présentation sous cloches ? 
Son choix n'est certainement pas dû au hasard.

Pour d'autres vitrines, le thème est évident.
Les différents prototypes
La famille et les amis de Barbie
L'exposition montre aussi comment Barbie a été mise en scène par de nombreux artistes
Coiffeur pour dames - Olivier Rebuffa - 1994
Barbie foot - Chloé Ruchon - 2009

Par ailleurs, tous les moyens sont bons à la société Mattel pour mettre en scène la star Barbie : 
- COLLABORATION AVEC DES CRÉATEURS DE HAUTE COUTURE
Calendrier "My year with Christian Louboutin in Paris" - 2009
Jérémy Scott pour Moschino - collection printemps/ été 2015

- RESEAUX SOCIAUX : 
Sur le compte Istangram @barbiestyle les vêtements et accessoires sont des exemplaires uniques qui ne sont pas commercialisés. Les concepteurs n'ont aucune limite.
Les poupées sont placées dans des environnements emblématiques : USA bien sûr, mais aussi Paris, et plus récemment ... le Musée des Arts Décoratifs. Tiens, tiens ...

- FILMS PUBLICITAIRES : les décors sont créés sous la direction de Lars Auvinen
 

 J'avoue que je suis restée longuement en admiration devant ces représentations. Et j'y ai vu 
L'atelier DIOR au 30 rue Montaigne ?
 
Vu dans "La Parisienne" - juin 2013 - p.15

Côté cour - vu dans "Les années 50- La mode en France 1947-1957" éd. Paris musées - Palais Galliera - p. 74


Le garnd escalier chez CHANEL ?
Non, après recherche, il se rapproche plus de celui de chez Dior, envahi par les acheteurs lorsqu'il n'y avait plus de place assise dans la salle
Vu dans "Dior Glamour" Mark Shaw- éd. Rizzoli New York - p.184
Les mannequins cabine - vu dans "Dior Glamour" Mark Shaw- éd. Rizzoli New York - p.71

L'atelier d'Yves Saint Laurent ? (à l'étage) 

Vu dans "Une vie Saint Laurent"P-D. Burgaud - A. Chamfort - R. Murphy - éd. Albin Michel - p.4-5


Catherine Deneuve debout à droite en tailleur vert clair ? Yves Saint-Laurent ? (2ème homme à droite)
(Je ne peux zoomer la photo, la qualité est mauvaise)