Pages

19 novembre 2017

Petit sac pour jouer à la dinette

Fournitures
- 55 cm x 40 cm de cotonnade
- fil de couleur assortie

Coupe : Les valeurs de couture sont comprises (7 mm = repère bord du pied de biche)
Pour tout savoir sur les repères cliquer ICI

- corps du sac : 
pour les tissus n'ayant pas de sens un morceau de 42 cm x 30 cm (A) 
(cela correspond aux dimensions d'une feuille format A3 sur tissu déplié, ou aux dimensions d'une feuille format A4 posée sur le pli du tissu plié en deux)
pour les tissus ayant un motif avec sens deux morceaux de 30 cm x 21 cm (B). 
Les photos correspondent à cette situation.
 
- anses : deux morceaux de 25 cm x 5 cm  
(à remplacer par de la sangle si vous en avez sous la main)

Plier le corps du cas en deux endroit contre endroit.
Pour un seul morceau A piquer les deux petits côtés.
Pour deux morceaux B, piquer sur trois côtés.
Surfiler les deux épaisseurs ensemble. Cranter les angles.
 Pour le modèle A, marquer le pli du bas du sac au fer à repasser.
Placer la couture d'un côté sur la pliure (ou piqûre) du bas du sac.
Sur le triangle ainsi formé, tracer le trait de piqûre.
Pour ce sac, la longueur du trait (qui correspond à l'épaisseur du sac) est de 4 cm.
Pour tracer un trait à angle droit (qui permet d'avoir la même distance de part et d'autre de la couture de côté), mesurer la distance par rapport au coin du triangle.
Piquer sur le trait.
 Couper l'excédent de tissu à 5 mm.
Répéter ces opérations pour l'autre angle.
Confectionner les anses pour obtenir deux bandes d'environ 2 cm de large.
Préparer le haut du sac.
premier pli de 1cm
deuxième pli de 2 cm
 Avant de coudre l'ourlet, insérer les anses.
Espacer les deux extrémités de 8 à 10 cm.
Piquer l'ourlet avec les anses dirigées vers le bas.
Puis rabattre les anses vers l'extérieur et les maintenir par une piqûre.
Repasser les plis pour donner une forme parallélépipédique au sac, 
deux sur chaque petit côté, deux dans le fond,
espacés à chaque fois de 4 cm (épaisseur du sac).
 Exécuter une piqûre nervure sur tous les plis.

Le sac terminé mesure environ 23,5 cm x 16 cm x 4 cm.

22 octobre 2017

PEACE AND LOVE

J'ai réalisé cette broderie, trouvée dans
pour participer à un échange de carte textiles initié par L'atelier d'Emma.

La première est enfin terminée (je ne sais pas s'il y en aura d'autres ...)
 
J'ai utilisé
1- deux chutes de jean
2- des chutes de cotonnade (3 couleurs)
3- du coton mouliné DMC à 6 brins
4- une chute de toile Aïda
5- des chutes de fil à coudre 
(je conserve tous les fils coupés en fin de travail à la machine !!!)
6- perles de rocaille à broder
7- de la toile thermocollante : fine et épaisse
8- du fil à coudre de couleur assortie
(7 et 8 ne sont pas sur la photo)



Le point de départ fut l'étoile en relief
à laquelle j'ai adjoint 2 chutes. 
Le tout est fixé au fer à repasser sur un fond de toile thermocollante fine.
J'avais imaginé broder des tiges et des feuilles, mais finalement j'ai maintenu au point droit-machine des chutes de fils éparpillées sur le fond ocre.
Après plusieurs essais, j'ai retourné la carte pour trouver 
la place adéquate pour le cœur "Peace and Love".
L'étoile et le cœur sont appliqués par un point de bourdon à la machine.
(Pour en savoir plus, cliquer ici)
La broderie bleu (déjà utilisée sur un sac) est exécutée en deux temps : point de tige (6 fils mouliné) puis faire passer le fil dans chaque point de piqûre sans tirer sur l'aiguille.
J'ai rajouté quelques perles de rocailles parmi les fils éparpillés.
J'ai thermocollé avec de la vlieseline épaisse puis coupé (15 cm x 10 cm).
Pour la finition de bord, je me suis inspirée du tuto de L'atelier d'Emma.



Pour lire le diagramme "Peace and love" cliquer ici

16 septembre 2017

Artiste textile


Un de mes grands plaisirs consiste à visiter  musées et exposition qui ont trait aux textiles et à la mode au sens large.
Il est aujourd'hui commun de trouver des œuvres textiles dans les musées qui témoignent d'un riche passé artisanal et industriel français.Il me faudra un jour faire une cartographie de ces musées, disséminés dans nos régions. Qui doit d'ailleurs  déjà exister sur le Web.
Ce fut le cas lorsque j'ai visité le musée du mouchoir à Cholet (49) en avril 2016.
Le parcours situé à l’intérieur de l’ancienne blanchisserie de la Rivière Sauvageau, dévoile les étapes de la fabrication du tissu : de la fibre au fil, du fil au tissage ainsi que le blanchiment des toiles achevées. Dans la salle d’histoire, le visiteur découvre l’histoire du textile choletais et les conditions du travail ouvrier au XIXème siècle.  Pour tout savoir sur ce musée, cliquer ici

Aujourd'hui, le mouchoir rouge de Cholet est toujours tissé en ces lieux sous les yeux des visiteurs.

Lors de mon passage, il était présenté une rétrospective des œuvres textiles acquises depuis 15 ans.
Parmi elles, j'ai été attirée par deux œuvres réalisées par Brigitte Bouquin-Sellès en 2011.
  L'artiste a utilisé les lisières qui se forment lors du tissage des mouchoirs, que l'on aperçoit ci-dessous sur le côté droit du métier à tisser.
J'ai beaucoup aimé aussi cette œuvre réalisée en 1999 par Fanny Viollet



Au cours de mon périple estival 2017, j'ai pu admirer ces "boules" de laine 
 
au domaine de Chaumont sur Loire (41).
  
Malheureusement j'ai omis de noter le nom de l'artiste ! Mais MAGIE du Web !!!
Et une belle coïncidence comme je les aime !!!!

Je tape  "œuvre textile laine" sur le moteur de recherche le plus usuel et j'active les images. La première photo qui apparait est extraite du site "L'incroyable conjugaison du verbe coudre", dont j'ai souvent parlé ici. J'ouvre le lien qui me renvoie à l'article du 30 juin 2015 intitulé :

Sheila Hicks, une grande dame de l'art textile

Et lorsque je tape "Sheila Hicks" toujours sur le même moteur de recherche, je trouve, entre autre, "Sheila Hicks, domaine de Chaumont sur Loire". Et voilà, la boucle est bouclée !
Mais honte à moi : j'ai jeté un oeil très rapide dans la Galerie du Fenil et n'ai vu que les "satellites" (nom donné par l'artiste à ce que j'ai nommé "boule"), alors que l’œuvre comporte d'autres éléments !

Puis j'ai fait une halte à Argenton sur Creuse (36) au
où une tenture (sans nom) est exposée dans le hall d'entrée

Enfin, j'ai aussi croisé la route d'Odette Arpin qui a fondé en 1986 l'hôtel de la dentelle à Brioude (43).

Mme Arpin a redonné un coup de jeune et d'éclat à la technique de la dentelle au fuseau. 
L'hôtel est tout à la fois un musée, un centre de formation et une vitrine des productions contemporaines créées par l'artiste. Celle-ci a détourné la technique ancienne, blanche et "plate", utilisée dans l'habillement et en décoration (napperon, nappe) en lui donnant volume et couleurs. 
Elle collabore régulièrement avec la Haute Couture.
 Les photos étant interdites dans l'établissement,
je vous laisse aller farfouiller sur le Net pour admirer les œuvres exposées.

19 août 2017

AMITIE

L'offrande de cadeaux me semble un sujet d'études très riche pour les sociologues et les psychologues. 
C'est une situation qui parle de nous. 
Elle peut n'être qu'hypocrisie, 
elle peut être aussi le signe d'une estime et d'une compréhension partagées.

Ainsi Gérard, connaissant mon intérêt pour les travailleuses, m'a offert cet objet qui reste dans sa mémoire la travailleuse utilisée par sa maman.
 
Cet objet étant trop petit pour  ranger mes effets de couturière, 
le support a vite été détourné de son usage premier.
 Mais que faire du cœur ?
Le temps a passé doucement, et enfin EUREKA !
Ce cœur est reparti dans sa demeure d'origine, marque d'une amitié réciproque.
Un fond en application, 
une broderie au point de croix entourée d'un croquet maintenu par un point lancé, 
une fleurette (pour sa fabrication cliquer ici)
 Il n'y a plus qu'à suspendre des photos ou les prénoms de ses amis ...

4 août 2017

Fleur à 5 ou 6 pétales

Pour décorer mon dernier ouvrage j'ai réalisé un nouveau modèle de fleur
Couper 5 ou 6 cercles
à l'aide d'un gabarit en carton 
ou d'objets du quotidien à la dimension souhaitée.
Le diamètre de la boîte à mètre ruban mesure 4 cm  (fleur du centre à motif bleu), 
celui du pot à trombones fait 7 cm (fleur extérieure).

Avec le fer à repasser, plier chaque cercle en 2 puis encore en 2.
Passer un fil à petits points droits sur la base arrondie
de chaque pièce en veillant à placer le pli toujours du même côté.
Tirer sur le fil pour froncer les pétales 
Vous pouvez varier les tailles à l'infini. 
Pour des fleurs unies, j'ai utilisé de la doublure, plus difficile à travailler 
mais d'un très joli effet.