Pages

30 mai 2016

Vêtements de poupée (2)

J'aurais pu écrire : "Travaux de dimanche pluvieux". Mais ce titre était déjà pris !
Comme il y a un an, le temps est maussade.

J'en ai profité pour compléter la garde-robe des poupées.
J'ai enfin trouvé un livre dont les modèles (pour poupée Corolle de 30 cm) sont faciles.
J'ai réalisé un modèle afin d'en vérifier la faisabilité. 
Mais j'ai apporté quelques modifications : finition de bas des manches avec un seul pli maintenu par un point zig-zag et utilisation d'un fil élastique pris dans un zig-zag au bas de la culotte.

Avec le même patron, j'ai fait une robe plus longue.
J'ai aussi refait un pantalon pour une poupée de 45 cm, car certains patrons ne sont pas légendés, et je ne savais plus lequel je devais utiliser pour cette taille !
 
En prévision d'une demande de déguisement (difficile de trouver des modèles pour taille 1-2 ans), j'ai confectionné un pantalon en taille 86 (2 ans) dans un vieux jean, sur lequel j'ai appliqué des pièces de couleur.
 
Enfin j'ai terminé un petit sac

  où ranger tous ses trésors.

21 mai 2016

La couture à l'honneur dans les Vosges

En séjour à Cornimont (88), j'ai visité l'exposition Val Patch et j'ai découvert un projet qui m'enchante.

La couture devient support pour créer du lien entre les générations, redonner de l'estime de soi à des personnes vulnérables, insuffler de l'énergie à des territoires ruraux. Cette action, initialisée par le Conseil Départemental des Vosges, s'inscrit dans la durée : 2 années de partages créatifs (2015 - 2016). Elle mobilise toutes les bonnes volontés dans les maisons de retraite, centres sociaux, établissements pour personnes en situation de handicap, maisons départementales des solidarités, dispositifs d'insertion, écoles. 

A sa tête Christine Bourdon, artiste plasticienne-scénographe en résidence artistique à Thaon-les-Vosges, qui utilise différents supports, dont le textile. Elle forme les "grandes cousines", qui deviennent alors relais du projet sur leurs structures respectives et embarquent les "cousines" - et les "cousins" ? - dans cette grande aventure. Celle-ci se clôturera en apothéose par une exposition aux archives départementales à Épinal du 16 septembre au 16 décembre 2016.

Y seront exposés tous les travaux, dont une grande encyclopédie textilienne et un troupeau de boites à ouvrages. Celui-ci sera en transhumance du 7 au 29 juin. Trois boîtes à ouvrages piaffaient et ont commencé leur tournée à Cornimont 6 au 8 mai.

Chaque boîte à ouvrages raconte une histoire : d'une personne, d'un lieu, d'un atelier.




Celle-ci devrait plaire à Marcia !
 Je crois que je vais aller faire un tour chez Emmaüs pour m'en trouver une !

 Seront exposés aussi les travaux de couture qui étaient réalisés à l'école primaire et à l'école ménagère.

Cette aventure humaine est racontée sur ce blog auquel je  vous invite à vous abonner pour tout savoir et suivre tous les préparatifs pas-à-pas.

En plus, les messages sont clairs, courts, toujours agrémentés d'une photo, et postés régulièrement.
Un vrai outil de communication, dont je devrais suivre l'exemple !!!

15 mai 2016

JOURNEE BONHEUR

Il y a la "JOURNÉE POUBELLE" : dès qu'on pose le pied par terre hors du lit, TOUT va de travers. 
Et s'est parti pour la journée !
Heureusement, il y a les petits bonheurs 
(il suffit de les dénicher - non, de savoir les reconnaitre - dans le grand bazar qui nous entoure)
mais aussi la JOURNÉE BONHEUR

J'en ai partagé une dernièrement avec Marylène :
2 expositions au programme de notre journée parisienne

Petit bémol : pourquoi un titre en anglais ? (voir mon aversion pour les anglicismes ici)

Il me faudra un peu de temps pour trier et partager toutes les photos. 
Car, à mon grand étonnement, il était possible d'en prendre. 
Je ne me suis pas gênée !
A bientôt pour une présentation plus détaillée

Mais voici un petit avant-goût

Le tailleur BAR  de Christian Dior
"Le 12 février 1947 a lieu le défilé inaugural de la maison de couture que Christian Dior vient de fonder à Paris, 30 avenue de Montaigne. La collection est bâtie sur les lignes "8" et "Corolle", mais tout le monde la dénomme "New Look" [  ]. Le tailleur Bar est emblématique de cette collection dont le style s'oppose à la mode sous l'occupation . "Nous sortions d'une époque de guerre, d'uniformes, de femmes-soldats aux carrures de boxeurs. Je dessinais des femmes-fleurs, épaules douces, bustes épanouis, tailles fines comme des lianes et jupes larges comme corolles" témoigne le grand couturier [  ]
Ici, les épaulettes sont supprimées, la poitrine est arrondie par un fort entoilage, la taille est d'autant plus cintrée que que les basques sont entièrement rembourrées sur les hanches, la jupe s'évase en plissé jusqu'à 30 cm du sol. Ce tailleur, composé de  3,75 m de shantung, 3 m de doublure, 1,50 m de toile tailleur, 1,50 de toile de coton, 5 boutons et surtout 5,50 m de lainage en 1,40 m de largeur, est la négation de tout principe d'économie. Le succès du New Look relance toute l'industrie française du luxe et restaure Paris comme capitale de la mode."
extrait du catalogue de l'exposition "FASCHION FORWARD TROIS SIÈCLES DE MODE" - p. 155